A l’heure où je poste ce message, le retard est en train de se rattraper (je dois encore publier et commenter les galeries). J’ai eu du bon temps à Beijing, avec des gens que je n’oublierais sûrement pas. Je me suis reposée aussi, car, il faut le dire, c’est fatiguant de changer d’endroit toutes les semaines. La Chine, comme pays, m’a un peu rebutée, et je ne suis pas restée pour elle. Je n’ai pas tout vu, je n’ai pas tout fait, mais, vous verrez plus tard, peut-être, comme ça fait du bien des fois de s’arrêter un peu. Il suffit de trouver un endroit où on se plait, de poser ses valises, et de se laisser aller à ne plus réfléchir.

J’ai créée cette catégorie pour ça. Pour ne pas rester muette les jours où je n’ai plus le temps, ou juste pas la possibilité (les conditions de vie au Cambodge restant assez floues pour moi). Ce ne sera pas toujours de la grande littérature, c’est à peu près la même chose que ce que je faisais avant en commentaires, mais ça permet toujours de dire « hé ho, je suis vivante ».

Tout ça pour dire que je pars bientôt au Cambodge (depuis Bangkok, surprise !), l’âme tranquille. Tant pis pour les « longues dissertations », tant pis pour les galeries de « photos extraordinaires », si vous vouliez vraiment de mes nouvelles, vous saviez où me trouver. Je reprendrais le rythme géopolitico-littéraire sûrement là bas, et même plutôt deux fois qu’une, vu l’attraction que j’éprouve pour le pays. Désolée pour ce silence, et « hé ho, je suis vivante » !