La gestion de l'argent :

Pendant le voyage, la question importante est de savoir comment répartir son argent. Sans tomber dans la paranoïa, il vaut mieux rester prudent et ne pas "mettre tous ses oeufs dans le même panier". Voici les différentes options possibles :

  • Argent liquide : Il est fortement recommandé d'avoir de l'argent sur soi pour les dépenses quotidiennes. Il est possible d'emporter strictement des Dollars, mais c'est souvent assez mal vu, et vous aurez alors l'étiquette "touriste" collée au front (avec les augmentations de prix que cela impose). On peut aussi garder le cash en euros et échanger les billets au fur et à mesure des besoins. Pourtant, ces deux solutions posent le problème, de sécurité, de se promener avec de fortes sommes d'argent sur soi. Personnellement, j'ai décidé de conserver la plus petite quantité possible de liquide sur moi. De retirer une certaine somme en monnaie locale, à l'arrivée dans chaque pays. Si il est difficile de prévoir les dépenses, c'est tout de même la meilleure solution à mes yeux.
  • Les traveler's cheks : C'est un moyen très sûr de conserver son argent, car les chèques sont numérotés et signés, ce qui évite la fraude (même si une signature reste facile à immiter) et permet de les rééditer en cas de perte (gratuitement et sous 48h). Les traveler's cheks sont des outils de paiement, et peuvent aussi être échangés dans les banques (souvent avec une commission). La société American Express est la plus connue dans le Monde. La société Travelex (anciennement Thomas Cook) en délivre aussi, ainsi que certaines banques et bureaux de changes. Il est possible de demander des chèques en Euros, Dollards, Francs suisses... J'ai choisi le Dollard, pour être sûre qu'ils soient acceptés partout.
  • Les cartes de crédit : C'est l'objet de voyage indispensable, car il permet de retirer de l'argent partout, et d'en conserver le minimum sur soi. Il faut faire attention à la fois à la marque (Visa / Mastercard) et aux palliers de retrait autorisés par semaine (300€ avec une carte normale, 900€ avec une carte visa premier). Il faut aussi s'assurer de la validité de la carte durant le voyage. En cas de perte ou de vol, il faut faire opposition immédiatement, donc penser à conserver sur soi les numéros utiles.
  • Ouvrir un compte local : Si vous restez plusieurs mois dans un pays, il est possible d'ouvrir un compte local, ce qui permet de retirer ensuite de l'argent sans commission.
  • Garder un chèque français : Léger et pratique, cela peut être utile en cas de besoin, de le donner par exemple à un compatriote rencontré en chemin en échange de liquidités. Sela permet aussi de retirer de l'argent dans sa banque, si celle-ci est présente à l'étranger.


Démarches auprès de la banque :

Dans un premier lieu, j’ai donné procuration à ma maman (qui a la même conseillère commerciale que moi) pour s’occuper de mon compte. Il s’agit surtout de lui permettre d’encaisser mes chèques, quand je serais à des milliers de km. J’ai aussi récupéré tous mes codes internet pour gérer mes comptes, et commandé des travellers chèques, pour un montant de 200€ (250$). Ces chèques sont une réserve de sécurité, car ils sont numérotés, et me permettront de survivre un peu au cas où on me vole toutes mes affaires. N’ayant pas beaucoup d’argent de côté, je n’ai pas pu en réserver plus.

Le point le plus important de cette rencontre en fait, était la gestion des cartes de crédit. Je vais utiliser principalement ma carte bleue pour mes frais de voyages, et il est utile d’en connaître les modalités. Les frais de conversion de devises sont différents suivant qu’on retire l’argent aux distributeurs ou bien qu’on paye directement par carte bleue dans les magasins. Par carte bleue, le plafond de retrait à l’étranger est limité à 300€/ semaine. C’est assez limité. Autre problème : selon les pays, Visa ou Master Card sont privilégiés, et je n’ai pas l’assurance de trouver des distributeurs acceptant les deux types de cartes.

J’ai donc opté pour l’achat d’une seconde carte, afin de pouvoir retirer 600€ par semaine et avoir l’assurance de toujours trouver un distributeur correspondant. J’ai choisi le même code secret pour les deux cartes, afin de simplifier les choses. Pourtant, j’ai remarqué que ma carte visa était abîmée au niveau de la bande magnétique, je devrais donc la changer aussi (même si la date de péremption de la carte est bonne pour la durée du voyage). En ce qui concerne mes 1200€ à débourser à l’arrivée à Moscou, je vais devoir faire un échange de devises à Paris de 600€ pour ne pas être bloquée par les plafonds de retrait. C’est pas forcément évident, car les bureaux de change possèdent peu de roubles, mais on devrait y arriver.

Voilà pour le point de vue monétaire. A la question qui fâche, posée du bout des lèvres « Et… Heu… En ce qui concerne les découverts ? », Ma banquière m’a répondu qu’il y avait les mêmes règles qu’en France ; plutôt rassurant. J’ai aussi toujours mon compte épargne, pour économiser pendant les périodes où j’aurais moins de frais, afin de pouvoir financer ensuite mes billets de train et d’avion. En tenant un budget serré, ça devrait aller !